Bonjour à toi cher lecteur.
Aujourd’hui, premier article, qui je l’espère sera celui d’une longue série.
Raconte-nous ton voyage…

Je te laisse avec un joli texte, de ma copine Schéhérazade, qui s’est expatrié avec sa famille en Martinique. Une île sublime, qu’ils prennent le temps de découvrir et d’apprécier chaque jour un peu plus.
Plus qu’un récit : une source d’évasion, de rêves et de curiosités.

Raconte-nous ton voyage en Martinique

Bonjour,

Moi c’est Schéhérazade, je vis depuis Octobre en Martinique.

Par chance et par pur hasard, nous devions tout quitter pour vivre une aventure à Tahiti mais la Covid à changé nos plans.

Alors nous y voilà, une offre de poste pour l’hôpital de Trinité, mon mari postule et la réponse arrive 15 jours à peine avant la prise de poste.
Pas le temps de réfléchir, on dit « OUI », on achète nos billets et préparons un départ pour trois mois initialement.

Il a fallu trouver très rapidement un logement, une école, une voiture : enfin tout pour démarrer notre nouvelle aventure. Car oui : notre arrivée s’est faite 2 jours avant la prise de poste. Mais nous avons bien géré !!

Abreuvoir pour les colibris de Madère

Depuis, nous logeons dans une maison trouvée sur Airbnb, nous avons au début loué une voiture auprès d’un loueur professionnel mais avec la saison touristique, les prix ont explosé. Nous avons donc trouvé un particulier qui loue à moindre coût.

Pour l’école, notre fille est en petite section de maternelle dans une école en bord de mer, pour les petits dans cette école il n’y a pas d’uniforme. Pour les classes après la maternelle en général, il y a un uniforme pour les enfants. Niveau organisation, l’école débute à 8h et se termine à 16h.

Notre vie a complètement changé en arrivant ici.

Il règne une atmosphère plus paisible, des palmiers, le bord de mer et la chaleur. En plein mois d’Octobre comment vouloir rentrer?

Village de pêcheur sur la Boucle du Vauclin lors d’une randonnée

Alors il y a des avantages et des inconvénients à vivre sur une île, comme partout je dirais.
Mais malgré les inconvénients que nous avons pu rencontrer, nous avons tout de même décidé de rester ici jusqu’à la fin du mois de Juillet (et confidence on hésite encore à rentrer en fait ou à revenir ensuite…).

Les avantages, franchement vivre sous les palmiers toute l’année c’est plutôt chouette. Il n’y a pas vraiment de saison, pas besoin de gros pulls ou de chaussures, vivre en tong ce n’est pas mal.
Mais on distingue tout de même la saison sèche de la saison des pluies. Clairement quand même il pleut beaucoup et ça entraîne parfois de lourdes conséquences.

Le bronzage tient dans le temps, on vit tout le temps dehors et surtout pas besoin de se demander comment s’habiller le matin. On a la chance d’avoir des fruits plutôt excellents, avec du goût, de manger du poisson bien frais, de pouvoir se baigner toute l’année (même si parfois l’eau est fraîche… 25..).

Des inconvénients il peut y en avoir “pas mal” mais on les oublie assez vite au final, sinon on ne resterait pas.

En premier et ce que nous avons vécu quasiment dès notre arrivée : les soucis avec le réseau d’eau. Avec la saison des pluies et le passage des ondes tropicales celui-ci peut être endommagé. Nous n’avons pas eu d’eau courante durant presque trois semaines (on ajoute à ça le deuxième confinement et les vacances scolaires…), donc on s’adapte. Maintenant nous avons toujours des réserves d’eau, une douche solaire juste au cas où, car le réseau d’eau n’est pas très performant. Nous ne sommes jamais à l’abri de coupure. Nous avons eu de la chance, car nous sommes arrivés à la fin de la saison des pluies et surtout nous n’avons pas eu de cyclones.

La vie est tout de même plus chère, je ne me rends même plus trop compte car on s’habitue et on consomme complètement différemment. Mis à part si vous voulez exploser votre budget course. En consommant le plus local et en faisant attention, notre budget à quand même doublé si ce n’est parfois triplé en fonction de ce que nous voulons manger.

Mais c’est normal, on est sur une île alors on s’adapte.

Les routes, en fonction des endroits, peuvent être mal entretenues, ou être endommagées avec les intempéries. Il y a quelques grands axes qui permettent à toute l’île de se déplacer, on rencontre souvent des bouchons, regardez la carte, nous empruntons tous les mêmes axes pour traverser l’île.

Phare de la Presqu’île de la Caravelle

Nous sommes un peu éloignés de nos familles, mais ce n’est pas insurmontable, et pas “si loin”, il y a une liaison directe Paris – Fort de France en 8h30.

Le décalage horaire est de seulement 5H en hiver, 6H en été, si on ne déménage pas vraiment et que les gens en hexagone ne sont pas tous au courant il arrive de recevoir des appels à 4h du matin pour souscrire à une offre quelconque… ça c’est pénible…

Mais comme je le disais les inconvénients sont vite oubliés, les martiniquais sont très accueillants, très ouverts, l’île regorge de trésors en matière de visite, de randonnées, de plages. Et niveau culinaire c’est top! Les accras, le planteur, la plage… un bon programme non?

On à accès assez facilement à pas mal de spots intéressants, snorkeling avec les tortues à Anse Dufour, fonds marins magnifiques dans un des plus beaux villages de France aux Anses d’Arlet, randonnée à couper le souffle sur la Presqu’île de la Caravelle, marché aux poissons en bord de mer, marché couvert de Fort de France, une visite aux iguanes sur l’îlet Chancel en passant par les magnifiques fond blanc de la Baignoire de Joséphine. Des sorties pour voir les dauphins et apercevoir parfois des baleines ou des cachalots et j’en passe encore.

Des visites de distilleries, des plages de sable blanc ou des de sable noires, nous avons l’embarras du choix pour organiser nos journées détente !

Ce que je pourrais vous conseiller en venant ici, que ce soit en vacances ou pour y vivre c’est de découvrir l’histoire de l’île, apprendre, et s’intéresser à la culture locale, c’est le plus important pour pouvoir s’adapter et je pense que nous y sommes arrivés.

Un beau témoignage, merci ma super copine. Schéhérazade et mois nous connaissons depuis le collège… Mais genre la 6ème !

J’espère que ce petit récit t’aura donné un peu de baume au cœur, en ces temps de frontières fermées.
J’sais pas toi, mais je vais fermer les yeux, me mettre en maillot de bain et m’imaginer avec un planteur à la main…
Salut 🙂

Coucher de soleil à St Pierre
error: Content is protected !!