Hello à toi cher lecteur. J’espère que tu vas bien.  Aujourd’hui je te parle de mon dernier roman que j’ai lu, qui fait notamment partie de la rentrée littéraire. Il s’agit de “Seule en sa demeure” de Cécile Coulon. Un roman qui nous fait remonter le temps ;  et nous embarque dans une atmosphère étrange et angoissante durant le 19ème siècle.

 

“Seule en sa demeure”, le résumé.

Aimée a 18 ans lorsque son père lui annonce avoir trouvé le mari idéal pour elle. Un homme respectable, respecté, attentif et courtois : Candre Marchère. Un homme jeune, froid, au qui le passé à laissé douleur et richesse. A cette époque, les mariages arrangés sont de coutume et Aimée va tomber sous le charme de cet homme glacial, à la morale irréprochable pour construire sa vie d’épouse et ainsi donner une descendance à son mari.

Cependant, elle va rapidement découvrir que la première femme de Candre est décédée peu de temps après les noces. Au fur et à mesure, Aimée se retrouve dans un univers de non-dits, ou sa solitude devient un refuge. Enfermée dans ce domaine jurassien, elle prend conscience de l’inquiétude, de la menace et surtout des secrets qui hantent les lieux. Un domaine immense par son ambiance inquiétante, où chaque bruit représente un danger.  Aimée va avoir une seule idée en tête : découvrir qui est réellement l’homme qui l’a défloré et qui partage dorénavant sa vie. 

L’arrivée d’Emeline dans ces lieux terrifiants risque de tout changer, mais aussi de lui révéler une vérité à laquelle elle n’est pas préparée.

“Seule en sa demeure”, un aperçu

 

Il marchait sans la regarder. Son visage, paisible et blanc, semblait pris dans les couleurs des arbres et des mousses, des écorces et des herbes. Il réglait son pas sur celui d’Aimée, prenant soin de ne pas la dépasser ni de la ralentir, mais une partie de lui-même s’échappait de leur conversation et filait dans les feuillages comme un écureuil.

Dès qu’elle aurait poussé la porte, elle accepterait d’être comme eux : une bonne bête de plus au domaine, dressée par la main experte de Candre. Comme il avait été intelligent et sensible avec elle. Comme il l’avait attirée dans sa cage de sapins et de terre, de lierre et et de grosses fleurs, avec des mots qui ne ressemblaient pas à ceux des hommes mais à ceux de Dieu. Elle était prise.

“Seule en sa demeure”, mon avis.

Je ne m’attendais pas à cela, honnêtement. J’ai découvert l’univers de Cécile Coulon, avec beaucoup de curiosité. J’ai beaucoup aimé cette écriture, qui mélange habilement la beauté poétique souvent présente dans les romans anglais ; et ce ton oppressant du roman noir. L’ambiance, les paysages mais aussi les personnages, sont décrits avec beaucoup d’élégance et de puissance ce qui s’avère être fort agréable.  Avec ce récit on plonge dans le passé et dans les anciennes mœurs, il faut donc un petit temps d’adaptation afin d’être planté dans un décor totalement différent de ce que l’on lit aujourd’hui. Pour ma part, j’adore les anciens écrivains, notamment la littérature du 19ème siècle, j’ai donc eu beaucoup de plaisir à redécouvrir ce tableau du passé, que l’auteur sait très très bien manié.

J’ai vraiment cru que j’allais adorer ce roman, tant j’ai été séduit par la 4ème de couverture, cependant, il y a à mon goût une certaine lourdeur. 

Tout d’abord, les personnages au départ sont intéressants, mais deviennent rapidement agaçants. Il n’y a pas vraiment d’évolution et l’insistance sur certains détails est pesante. Par exemple, le cousin d’Aimée, jeune homme militaire un peu insolent, reste dans ce rôle d’effronté, un peu “beauf” sans avoir une réelle importance.  J’attendrais plus d’évolution du côté d’Aimée également. En effet, elle est dans le ton, mais dans un roman, on peut jouer avec les codes et cela reste une fiction. Au fur et à mesure, sa mièvrerie devient pesante. 

Ce n’est pas un coup de cœur.

Et c’est bien dommage, car je m’attendais vraiment à une histoire avec plus de rebondissements. Le seul et unique, pour tout te dire, n’est pas une grande surprise, car on arrive facilement à deviner ce qu’il va se passer.

Il manque quelque chose pour que le roman ait un rythme plus prenant, plus addictif. J’ai plusieurs fois, souhaité arrêter ma lecture, car je n’étais pas du tout passionné et j’ai souvent décroché du récit. C’est dommage vraiment, car il y avait tout pour que ce roman soit des plus intéressants. Finalement, tu as vite l’impression de tourner en rond. Je ne vais pas te déconseiller ce livre, car mon avis reste totalement personnel, et nous avons toutes et tous des goûts différents.

Le rythme du récit colle, en fin de compte,  à l’époque durant laquelle il se déroule.

Par contre, une nouvelle fois j’ai adoré l’écriture, élégante et quasi-poétique de l’auteur.

En somme une déception pour ce roman, néanmoins je vais m’intéresser aux autres écrits de Cécile Coulon, afin de découvrir et d’explorer un peu plus en détail son univers.

Je te laisse (re) découvrir mon avant dernier avis de lecture, ici et je te dis à vendredi prochain.

error: Content is protected !!