Hello à toi cher lecteur, j’espère que tu vas bien, avec l’arrivée de l’automne, sous un temps, on peut le dire, quelque peu étrange.  Ici dans le Beaujolais et notamment dans la capitale Villefranche-sur-Saône; nous nous préparons à la fête annuelle : les Conscrits. Cette année est particulière car les conscrits de Villefranche se déroulent normalement le dernier week-end de janvier.  Cependant, 2021 fait exception en raison du Covid 19 et la fête a lieu le premier week-end d’octobre.

Je vais donc t’expliquer ce qu’est cette fameuse fête ; ou plutôt l’évènement que nous attendons toutes et tous avec impatience. La fête des conscrits est une institution qui offre joie, plaisir et convivialité à toutes celles et ceux qui souhaitent festoyer.

 

1) L’histoire d’un patrimoine

Dans un premier temps, un conscrit est “un jeune homme (ou une jeune femme dans certains pays) appelé sous les drapeaux pour son service national”. Plus généralement, les conscrits sont les personnes nées la même année, mais aussi ceux pour qui l’âge se termine par le même chiffre.
En clair, si tu es né en 2001 et que ta maman est née en 1951, tu es son conscrit…
A Villefranche donc, tout commence à l’époque du tirage au sort, où les jeunes hommes de 20 ans décident de faire la fête avant de partir servir le pays.  Durant le Second Empire, deux d’entre eux se présentent en habit noir et gibus (haut de forme pliable qui peut se relever grâce à des ressorts métalliques).  La coutume s’installe à ce moment-là et par la suite d’autres appelés en firent de même.

La fin du tirage au sort en 1905 et la suppression du service militaire en 1998 n’a pas supprimé la fête ; bien au contraire.  Au fur elle s’est développée et organisée, au point de devenir une association loi 1901. Elle fait, d’ailleurs depuis le 22 octobre 2020, partie du patrimoine immatériel françaisJe t’avoue que toute la calade était ravie. Depuis toutes ces années, la fête des conscrits est minutieusement réglementée, notamment avec une charte définissant les codes, le fonctionnement et toute l’organisation.

 

2) Une organisation millimétrée

Les conscrits sont organisés en classes et interclasses, prenons l’exemple de la “1”, qui est à l’honneur cette année :

Classes 

Les conscrits de Villefranche démarrent à 20 ans (exemple : 2021). Le rôle d’une classe est d’organiser la fête en collaboration avec l’interclasse de sa décade. Elle fixe le montant de la cotisation, prépare des événements pour récolter de l’argent (soirées, brocantes, ventes à emporter) ; puis conçoit le char pour la fête, organise ses journées etc.

Comités interclasses

Il y a d’abord les interclasses de “décades”, comme l’interclasse en 1.  Elles regroupent certains membres des classes concernées pour organiser l’ensemble des éléments communs de la fête (défilés, musique pour la « vague », banquet, affichettes, programmes…). 

L’Interclasse générale

Cette dernière  fédère l’ensemble des classes. Elle est composée d’un président, de 15 membres élus ainsi que des présidents de chaque interclasse qui sont membres de droit. Son rôle est de chapeauter l’ensemble de la fête ; mais elle assure également la transmission et conserve la tradition de la fête.

Avec tout ce beau monde, il arrive bien entendu que des désaccords surviennent, mais généralement, ils arrivent à être solutionnés autour d’un bon verre… Chaque amicale et comités disposent d’un siège, généralement un bar caladois. La plupart du temps, les membres jouent le jeu en allant déjeuner, dîner ou simplement prendre un verre dans l’établissement qui est un peu une seconde maison.

 

3) Un conscrit se doit d’être élégant.

Avis aux fétichistes du smocking… Obsède (e) .

Il doit respecter un code vestimentaire, sans lequel la fête n’aurait pas la même gueule ! Si tu pensais défiler en jogging et polaire, ce n’est pas ici ! Smoking noir, chemise blanche ; nœud papillon noir ; écharpe blanche ; chaussures et chaussettes noires, gibus noir cerclé d’un ruban ou couleur de la classe et donc de l’âge (vert pour les 20 ans, jaune pour les 30 ans, orange pour les 40 ans, rouge pour les 50 ans, bleu pour les 60 ans, violet pour les 70 ans, prune pour les 80 ans et tricolore à partir des 90 ans)

Voilà comment le conscrit se baladent durant plusieurs jours dans la calade ! Mis à part le vendredi…..

 

 

Conscrits des 20 ans

Conscrits des 20 ans

 

 

4) La retraite aux flambeaux du vendredi.

L’unique jour où les conscrits sont en “civil”. C’est le début de la fête, enfin pour nous spectateurs. Oui les conscrits ont , pour certains, déjà profité de la soirée Ricard la veille… C’est déguisé et surmontant leurs plus beaux chars qu’ils enflamment la rue Nationale du sud au nord. Le thème est défini chaque année par les interclasses de chaque décade. 

Ils sont précédés par les jeunes sapeurs-pompiers, qui défilent avec des flambeaux. C’est un moment très festif, où nous sommes toutes et tous encore en forme, pour profiter de chaque instant. Lors du retour, les conscrits se dirigent vers la mairie, pour chanter leur chanson et ce sont les 20 ans qui sont les derniers à pousser la chansonnette.

 

5) Le samedi place aux conscrites.

Peut-être l’as-tu remarqué mais je n’ai pas encore parlé des conscrites. Effectivement, à Villefranche, il y a une particularité : seuls les hommes défilent. Cela est dû à l’histoire militaire de la fête. Les femmes ne sont pas oubliées, loin de là. Elles sont mises à l’honneur souvent dans les chansons et elles reçoivent également le bouquet.

Chaque classe est divisée en groupe d’environ 5 conscrits, et chaque groupe se voit affecté des conscrites. Ces dernières organisent une réception, un goûter ou une grosse fiesta, tout dépend de l’envie et des moyens dont elles disposent. Entourée de la famille, des amis, elles sont les reines de la journée ou de la soirée, avec leur gibus blanc. Le point d’orgue est le passage du groupe de conscrits, qui vient leur remettre un bouquet et une cocarde.

Il n’est d’ailleurs pas rare que mari et femme, se retrouvent à ce moment-là, s’ils sont tous les deux de la même classe. Le partage et la convivialité : voilà ce qu’il se passe. Le samedi est aussi l’occasion de visiter les personnes qui ne peuvent faire la fête à cause de leur âge ou d’un handicap. Il sert aussi à rendre hommage aux conscrits décédés… Ce sont généralement des moments d’émotion très attendus par les personnes qui ne peuvent pas participer.

 

6) La vague des conscrits le dimanche.

Le défilé que tout le monde attend. C’est, je pense, celui qui est le plus imposant et représentatif des conscrits.

Dans un premier temps, il y a la tradition du réveil des présidents. Ce dernier est sorti du lit entre 06h00 et 09h00… Faut être frais ! Par la suite, les conscrits présents sont conviés à partager un mâchon. Rien de tel que manger fromage et charcuterie pour vaincre une gueule de bois et prendre des forces pour défiler ! 

Départ à 11h00 tapante. Chaque conscrit va parcourir la rue nationale, par groupes d’un trottoir à l’autre. Ce défilé, vu avec un peu de hauteur, représente une vague. Bras dessus, bras dessous, ils nous partagent leur joie avec le bouquet traditionnel (œillets rouges, mimosa, le tout fermé dans une collerette blanche avec le ruban de la classe concernée) ; mais aussi grâce à leurs chansons respectives. 

La vague est un défilé à la fois distrayant mais également extrêmement rigoureux et protocolaire. Le retour est plus “léger” car les conscrits s’arrêtent “claquer une bise” aux amis, à la famille et faire quelques photos. Même si certaines années, il y a eu quelques “vagues” très plaisante… Certaines sauront de quoi je parle…

 

Bouquet de conscrit et vague

Bouquet de conscrit et vague

 

Après la vague, il est temps de partir au banquet. 

Chaque conscrit invite quelques proches à partager un moment inoubliable : Le banquet, qui en fonction des années peut rassembler jusqu’à 500 personnes ! C’est parti pour manger finement, boire bon ; mais surtout rire et partager la convivialité. 

Les femmes sont souvent au restaurant ou dans une salle louée pour l’occasion ; encore une fois cela est variable en fonction des besoins et des moyens. Plus tard dans la soirée, tout ce petit monde finit par être rassemblé, durant le bas jusqu’aux premières lueurs du matin…

.

7) Les lundis et mardis: des conscrits plus discrets

Le gros week-end est passé et chacun retourne à ses occupations. Enfin sauf les conscrits. “Et c’est pas fini”. 

La fête prend une tournure différente et plus discrète. Rendez-vous leur est donné en fin de matinée, au sein des sièges respectifs pour un mâchon. Ensuite, deux repas sont organisés : le retinton le lundi midi et le super retinton le mardi midi. Ces moments offrent aux conscrits la possibilité de se retrouver, généralement et en fonction des classes, dans des bons restaurants. Certains  vont même dans des établissements semi-gastronomiques ou gastronomiques.

Le lundi soir, les 20 ans organisent l’enterrement de la classe ; en portant un cercueil représentant la classe qui est brûlée.

Le mardi soir, le président des 20 ans, accompagné de ses conscrits, remet les clés de la ville au maire. Cela signifie la fin de la fête.

 

8)  L’économie locale.

Un point très important surtout après les événements sanitaires que nous avons vécus. La fête des conscrits a un impact sur quasiment toute l’économie de la région. De l’évènementiel, jusqu’à l’hôtellerie-restauration, les bars ; fleuristes, coiffeurs ou encore vignerons ; les conscrits sont de vrais vecteurs. A plus large échelle, ils offrent également une belle visibilité pour la région notamment cette convivialité dont je te parle tant et notre esprit festif. Il est donc primordial de jouer le jeu et donc de consommer chez les commerçants qui participent régulièrement, en achetant les affichettes par exemple, qu’ils exposent au moment des conscrits.

 

9) Les fanfares.

Elles ont une place très importante au sein de la fête . Déjà elles rappellent l’origine militaire de la tradition. De plus, elles accompagnent les conscrits durant la retraite aux flambeaux du vendredi et la vague du dimanche. La journée du samedi est aussi marquée par la présence de fanfares au cœur de Villefranche ; un super moment pour tout amateur de musique et crois-moi : un week-end de festivité fait beaucoup de bien !

 

10) Pourquoi j’adore la fête des conscrits.

Déjà, mon copain est conscrit ; j’ai donc vite appris les rudiments et les codes de la fête. Mais surtout, quand tu vis avec une personne qui est attaché à ses traditions, et surtout dans une région où elles sont ancrées, tu es plongé au cœur de cette fête.

J’aime les conscrits, je ne loupe aucun défilé. C’est l’occasion de revoir des copines et des copains, de faire la fête car toute la ville est là présente et impatiente de pouvoir assister à ce défilé unique en son genreIl n’est pas rare de boire un verre chez une ou un commerçant qui est conscrit ou qui a une ou un proche membre de la classe en question. Tout le monde connaît au minimum une personne dans les conscrits et prend plaisir à le partager.

C’est un véritable moment d’amitié, de partage et de convivialité, ou tu mets ton cerveau sur “off”, tu prends une dose de joie, et de bonne humeur le temps d’un week-end.

La légèreté, voilà ce que j’en garde. Un moment unique qui va, je l’espère surtout cette année, apporter des magnums de positivité dont nous avons clairement besoin.

Conscrit un jour, conscrit toujours” et tu peux me croire, le mieux est encore de le vivre et de le voir, de l’intérieur comme de l’extérieur.

 

A la semaine prochaine, j’ai un week-end de bringue qui m’attend…

 

Fanfare et vague de conscrits

Fanfare et vague de conscrits

 

error: Content is protected !!